« Mais je ne comprends pas votre jargon de graphiste ». Je l’avoue, j’ai déjà entendu cette phrase de la part d’un client ^^’. Principalement quand je me laisse emporter par mon enthousiasme pour un projet 🙂 . Et je ne suis pas la seule ! C’est pourquoi, je vais aujourd’hui vous expliquer le jargon de graphiste, pour essayer de vulgariser notre vocabulaire et vous permettre de nous comprendre lorsque nous nous enthousiasmons.

Le Jargon de graphiste : Couleurs

palette de couleurs

La palette de couleurs correspond à l’ensemble des couleurs qui seront utilisées pour votre identité. Cette palette de couleurs doit être harmonieuse et composée des couleurs dominantes, principales et secondaire de votre identité. Elle vous donne l’ambiance générale de votre entreprise, pour le logo, mais aussi pour les photos que vous utiliserez, votre site internet et pour tous vos supports de communication.

rvb – cmjn

Alors là nous nous attaquons à un mastodonte du jargon de graphiste ! Il s’agit de deux termes qui parlent de couleurs, mais qui définissent plus précisément quel sera le type de support qu’il est en train de créer pour vous.

Pour être plus claire : RVB signifie Rouge Vert Bleu et définit le mode de couleur d’un support digital. Ainsi, le visuel créé sous un mode RVB ira sur internet (votre site, un pdf en ligne, vos réseaux sociaux).

CMJN signifie Cyan Magenta Jaune Noir et désigne le mode de l’impression. De ce fait, votre visuel a pour but d’être imprimé physiquement. C’est pour cela qu’il est important de définir dès le brief créatif quelle est la destination de votre projet, car le mode de couleurs choisi par votre graphiste (RVB ou CMJN) se fait au moment de la création du fichier.

pantone

Il s’agit d’une couleur universelle avec un code, créé et détenu par Pantone. Il existe 999 références.

couleur hexadécimale / code hexadécimal

C’est un autre façon de définir une couleur, principalement sur le web. Le code hexadécimal est composé d’un dièse puis d’une série de 6 chiffres ou lettre, correspondant à une couleur. Par exemple, le blanc s’écrit ainsi : #ffffff. Cette définition est principalement utiliser dans la création en développement web avec les codes CSS ou HTML5… Mais pour ma part, c’est ce type de référence que j’utilise.

jargon de graphiste toulouse couleurs com'quat communication végétale

Le Jargon des graphistes : Création graphique

typographies

Mais kézako ? Il s’agit des polices d’écriture qui seront utilisées sur vos supports et vos créations web. Les graphistes les appellent souvent « typo » pour aller plus vite. Ils peuvent produire des « jeux de typos » pour faire des effets dynamiques en changer le type de typo (manuscrite, cursive,…) et leur taille.

banque d’images

Quand nous utilisons ce terme, nous désignons un site internet qui propose des photos en haute qualité au téléchargement et libre de droits. Ces banques sont souvent dotées d’une barre de recherche qui nous permet de trouver précisément le genre de photos qui correspondent à vos projets (si un photographe a pensé à la faire). C’est un véritable atout et une source d’inspiration et de ressources pour toutes vos créations.

libre de droits

Je viens d’utiliser ce terme juste au-dessus ! Quand on l’entend on peut ne pas tiquer, mais le plus souvent on ne sait pas réellement ce qu’il signifie. Laissez-moi lever le voile sur ce terme barbare du jargon de graphiste, qui est trèèèèèès important. Il s’agit en fait d’une ressource pour laquelle l’auteur originel cède ses droits d’auteur à tous les acquéreurs. De ce fait, en téléchargeant une photo libre de droits vous obtenez l’autorisation d’utiliser la ressource. Ce qui n’est pas le cas des photos prises sur google image (sans le filtre spécifique). Il est donc PRIMORDIAL d’utiliser UNIQUEMENT des ressources libre de droits (ou auto-produite) lorsque c’est pour votre entreprise, si vous ne voulez pas vous heurter au droit de la propriété intellectuelle. Une ressource libre de droits peut s’obtenir gratuitement ou contre un paiement 🙂 . Il existe de nombreux sites pour trouver des photos, des images, des typographies libre de droits.

moodboard

Le moodboard est un visuel très à la mode, qui vous donne l’ambiance graphique de votre identité visuelle 🙂 . Il se compose de votre logo et d’éléments comme des photos, votre palette de couleurs et des décorations qui rappellent votre identité 🙂 . Il sert à vous donner un modèle, un thème à suivre pour vos communication afin de garder une cohérence graphique.

brandboard

Le brandboard a le même but que le moodboard, mais vous fournit plus d’éléments. Il indique le logo, ses déclinaisons, la palette de couleur, les typographies utilisées, et potentiellement les matières et / ou des photos d’ambiance. Le brandboard permet en un clin d’oeil d’avoir toutes les informations concernant votre identité visuelle sur une page. Ce document est de plus en plus à la mode, et je vous avoue que depuis que je l’ai découvert grâce à une consoeur, j’adore l’utiliser 🙂 .

charte graphique

C’est un document trèèèèèès important pour votre identité visuelle et tous les éléments qui la compose. C’est le mode d’emploi de vos ressources graphiques ! De ce fait, ce dossier vous indique comment utiliser votre logo, comment ne pas l’utiliser, comment il est composé, etc.

rough

J’adoooore ce mot ! prononcé « reuf », ce mot anglais est l’image même du jargon d graphiste 😀 . Il signifie tout simplement « brouillon » : c’est la première ébauche d’une idée, le petit croquis dessiner rapidement 🙂 .

aller retour

Dans le devis vous voyez écrit « 3 aller-retour »… Ce n’est pas que vous allez vous déplacer, c’est simplement pour indiquer le nombre de phases de modifications définies par le graphiste. En fait, généralement nous nous rémunérons à l’heure. De ce fait, un logo réalisé et validé du premier coup ou un logo modifié 50 fois ne représentent pas le même temps de travail et donc ne couteront pas la même chose… Or, nous établissons à l’avance le prix du logo :O !
C’est pourquoi, nous définissons à l’avance combien de phases de modification pour un logo, afin de correspondre au montant du devis.

Un aller retour comprend : l’aller = l’envoi de la proposition du logo de la part du graphiste, et le retour = toutes vos remarques et les modifications que vous voulez voir. Ainsi : pensez à bien regarder dans le devis combien d’aller-retour ont été définis par votre graphiste, et pensez à bien noter touuuuuutes les modifications que vous souhaitez dans un seul retour pour ne pas perdre d' »aller-retour »… Sous peine d’avoir un avenant au devis pour rajouter des allers-retours, ou vous contentez d’un logo qui n’est pas abouti à vos yeux 🙂 .

Mais je vous rassure, c’est une situation assez rare, je tenais simplement à tout préciser pour que vous ne soyez pas surpris, et surtout pour que vous compreniez mieux les coulisses et le jargon de graphiste.

mockup

C’est un super outil de graphiste (pour ma part j’en suis accro) ! Le mockup est un document qui permet de mettre en scène vos créations graphiques, en intégrant votre visuel dans une scène déjà créée 🙂 . C’est une maquette pour se projeter !
jargon de graphiste toulouse création graphique com'quat végétale design

Le Jargon de graphiste : Impression

export

C’est le fait de transformer le fichier de création depuis le logiciel vers un format utilisable comme un .png, .jpg ou .pdf . Ainsi, l’export passe le fichier source en fichier exploitable !

print

Avouez que ce mot est beaucoup plus joli que « imprimé ». Alors qu’il signifie passablement la même chose ! Le print concerne tous les supports qui seront imprimés : cartes de visite, papier entête, flyers, brochures, affiches, stickers… Et donc qui seront travaillés en mode CMJN (je vérifie si vous suivez 😛 ).

fond perdu

Non non, ne vous inquiétez pas, vous ne perdez rien ! Il s’agit de l’autre terme du jargon de graphiste pour dire « débord ». Lors de la création d’un fichier, il est conseillé de faire déborder le document de 3 mm en dehors des marges, pour éviter des imperfections au moment du rendu final (plis, découpe, export). Cela permet d’avoir quoi qu’il arrive un document propre. Car les machines d’imprimerie ne sont jamais parfaitement exactes : on parle d’impression en masse avec quelques petits millimètres seulement de marge de manoeuvre. De ce fait, travailler avec des fonds perdus, permet d’anticiper et palier à cela, vous donnant au final des supports toujours nickel 🙂 .

zone tranquille

Elle est l’inverse du fond perdu : la zone tranquille se trouve à 2mm des marges à l’intérieur du fichier. Elle à la même fonction mais vers l’intérieur du document. Ainsi, si vous dites à votre graphiste « je voudrais descendre cette phrase là » et qu’il vous répond « je ne peux pas, elle est déjà au minimum de la zone tranquille » vous comprendrez maintenant que ce n’est pas pour vous embêter, mais pour éviter que la fameuse phrase soit possiblement coupée ! Ce qui gâcherait tout, avouons-le 🙂 .

trait de coupe

Certain imprimeur aime avoir les traits de coupe sur les fichiers d’impression, d’autres non. Ils concernent l’endroit où sera découpé le document, avec les fonds perdus apparents. Ces traits de coupe sont générés par les logiciels de création au moment de la mise en pdf 🙂 . C’est pourquoi, si vous souhaitez faire un document « print », renseignez-vous auprès de votre imprimeur sur les modalités d’impression afin de les transmettre à votre graphiste pour qu’il sache quoi faire au moment de l' »export » avec les « traits de coupe » et « fonds perdus » (vous avez suivi ? Ca y est vous parlez le jargon de graphiste !).

BAT

C’est le « Bon A Tirer ». Cela signifie que le fichier est la version finale que vous avez validée et est prêt à être imprimé. C’est l’épreuve que l’imprimeur va imprimer telle quelle. De ce fait, il est important que vous la contrôliez une dernière fois, car s’il y a une coquille, ou un élément qui a disparu, ce ne sera pas du fait de l’imprimeur ni du graphiste. Au moment où vous le validez et que vous le contrôlez, si tout va bien vous envoyez « Bon à tirer » et votre signature, vous indiquez que vous approuver cette version et que la production print va pouvoir être lancée.
jargon de graphiste toulouse print impression com'quat communication végétale

Le Jargon de graphiste : Webdesign / site internet

header

Sur votre page web, c’est la partie haute qui la compose, contenant généralement le titre de la page et une photo. C’est l’entête !

footer

À l’inverse du header, c’est le pied de page ! Qui revient sur l’ensemble de vos pages, et contient votre copyright, vos mentions légales et page de politique de confidentialité.

home

C’est votre page d’accueil 🙂 . Vous l’aurez compris, le web utilise principalement un vocabulaire anglais 😉 . Donc si je vous dis « je vais le mettre sur la home » vous comprenez … ? OUI, « je vais le mettre sur la page d’accueil ». Vous avez saisi ! En réalité, nous devrions dire « homepage » mais nous utilisons de plus en plus « home ».

menu nav

C’est votre menu de navigation… Soit votre menu principal. Pas le menu qui se déguste hein, mais bel et bien le menu en haut ou sur le côté de votre site qui indique toutes les pages importantes de votre site.

chapo

Sur votre page web, il s’agit de la petite description comprise sous le prix principal et avant les titres du contenu… C’est le résumé de quelques lignes qui annonce ce que va contenir votre page ou votre article !

seo

C’est l’autre nom du référencement naturel : Search Engine Optimization (en anglais). C’est toutes les méthodes faites pour améliorer votre positionnement dans les recherches internet pour permettre aux internautes de trouver votre site internet 🙂 .

alt

À ne pas confondre avec « Halte », qui n’a rien à voir ! Alt se rapporte à une balise nommée « alt » dans les images. Cette balise « alt-ernative » doit absolument être remplie pour votre référencement. En effet, les petits robots qui gèrent le référencement naturel ne lisent que le code… Or les images n’apparaissent pas, mais la balise permet aux robots de savoir ce que l’image représente et son lien avec la page sur laquelle elle se trouve. De ce fait, remplissez-la avec vos mots clés pour travailler votre SEO.

rafraichir

Il s’agit de réactualiser la page, pour voir les modifications qui ont été effectuées par exemple. Pour ce faire, il faut soit cliquer sur le petit symbole à gauche de votre URL sur la page de votre navigateur, soit appuyer sur la touche F5 de votre clavier 🙂 .

maintenance

Ici « maintenance » peut avoir deux significations.

  • « Votre site est en maintenance » = il est en construction, la version finale sera bientôt visible en ligne.
  • « Un service de maintenance » = dès que vous avez des petits bugs sur votre site à corriger, ou des modifications à effectuer vous pouvez vous tourner vers votre graphiste ou la personne qui a réalisé votre site pour les effectuer. Bien sûr, cela a un coût ! Généralement, un service de maintenance peut être négocié dans le contrat pour les premiers jours / semaines de mise en ligne de votre site. Par la suite chaque intervention sera facturée, sauf si vous prenez un forfait en cas de modifications récurrentes (par exemple si vous avez une boutique en ligne et que vous mettez souvent à jour vos offres).

local – online

Un site peut être créé en local (c’est à dire dans un ordinateur en particulier) avant d’être mis online (c’est à dire sur un serveur, accessible par toutes personnes disposant d’une connexion internet).

migration

Dans le cas de figure précédent, quand le site est créé en local, lorsque vous le validez et que vous voulez qu’il soit online, votre graphiste va devoir effectuer une migration ! Le passer de local à online 🙂 . La migration concerne aussi lorsque vous changer d’hébergeur et / ou de nom de domaine 🙂 . C’est tout simple sur le papier, un peu plus compliqué en pratique, mais carrément faisable ! Pour ma part, j’ai tendance à créer les sites en local puis les migrer online, tandis qu’une de mes consoeurs les crée online mais passe le site en « maintenance » pour que les internautes ne voient à terme que la version finale.

cookie

Oui, moi aussi j’ai l’eau à la bouche quand j’utilise ce mot… Malheureusement dans ce contexte il ne s’agit pas du savoureux petit biscuit ! Dans le jargon de graphiste digital, cookie désigne un ensemble de données recueillis par votre site qui les envoient à un serveur. Il est obligatoire de prévenir les utilisateurs que vous utilisez les cookies en mettant en place une barre d’information de cookies, en les mentionnant dans vos mentions légales et / ou politique de confidentialité.
jargon de graphiste toulouse site internet webdesign création com'quat

Il doit en exister forcément d’autres, mais je vous ai transmis les 31 mots du jargon de graphiste que j’utilise le plus 😀 j’espère que vous aurez appris des choses et que cela semblera moins nébuleux pour vous ! Si vous pensez à des mots que vous avez entendu et que je n’ai pas donné, dites les moi en commentaire 😀 !