Devenir entrepreneur : les étapes d’un bon lancement

par | 25 Juin 2020 | Business

Le 1er août 2018 j’ai eu la joie d’apprendre que j’étais enfin obtenu le statut d’ entrepreneur : une nouvelle vie s’offrait à moi ! Oui mais voilà, une nouvelle vie avec un statut professionnel autonome qui n’avait pas fini de me surprendre. Car m’inscrire en tant que micro-entrepreneure avait déjà pris quelques nuits de réflexion (je m’y suis prise à plusieurs reprises avant de valider le formulaire), et j’avais encore des choses à mettre en place pour que tout roule ! Et depuis, j’en ai accompagnée des futurs entrepreneurs dans leur inscription et leur lancement 😉 . Aujourd’hui, je voulais partager tout ça avec toi, au cas où tu aies besoin toi aussi d’avoir quelques tips pour connaître les étapes d’un bon lancement et devenir (enfin) entrepreneur pour réaliser tes rêves !

Tu veux vraiment devenir micro-entrepreneur ?

C’est la première question à se poser 😀 ! Il existe une multitude de statuts professionnels différents, avec des avantages et des inconvénients qui leur sont propre. Tu t’es renseigné(e) sur le portage salarial ? Sur l’EIRL ? ou encore la SASU ? Le statut d’Artiste-Auteur ? Tous ces statuts te permettent devenir entrepreneur, tout autant que la micro entreprise (statut concerné par cet article).
Une fois que tu as cette certitude, tu peux te lancer dans les étapes suivantes pour devenir l’entrepreneur que tu désires.

Bien choisir sa catégorie

Ensuite, au sein de la micro-entreprise, il y a différentes sous-familles : commercial, libéral, artisan…. et même artiste-auteur (mais tu ne dépends pas de la chambre du commerce) ! Pour savoir quel environnement te convient le mieux je t’invite à consulter les codes APE de l’INSEE ou rechercher directement ton activité principale dans les codes NAF de l’INSEE.
Tu peux aussi contacter directement la Chambre du commerce pour en savoir plus.
Ces fameux codes NAF et APE déterminent ton activité, ce que tu fais principalement avec ton entreprise. Si tu as plusieurs casquettes, il est conseillé de prendre autant de codes que d’activités. Certaines activités (comme pour les graphistes) ont plusieurs codes, avec des petites spécificités. Par exemple l’une ne permet pas de facturer des impressions, tandis que les autres oui…
Maiiiiis ne panique pas, il est toujours possible de changer ton code NAF / APE si tu réalises que tu t’es trompé(e) quand tu reçois ton immatriculation d’ entrepreneur ! Il te suffit de faire une demande en envoyant un formulaire de changement auprès de l’INSEE 😉 . Ce n’est donc pas irréversible. Cependant, c’est tout de même mieux de bien choisir dès le début pour s’éviter des aller-retours de paperasses 😉 .

L’inscription

Attention, de nombreux sites te proposent de t’accompagner pour t’inscrire en tant qu’entrepreneur… Et lorsque tu arrives aux étapes finales tu te retrouves à payer (je le sais bien, ça a failli m’arriver). Or, l’inscription en tant que micro-entrepreneur est gratuite 😉 . Je te donne donc les bons liens pour le faire :

Bon, après, si tu t’inscris via autoentrepreneur.urssaf alors que tu as une activités commerciales, ce n’est pas un problème, tu le verras par la suite.

Tu as donc toutes les modalités de l’inscription en ligne à suivre, et fournir aussi une copie de ta carte d’identité. Le tout sera ensuite transmis directement au centre des formalités des entreprises (CFE) dont ton type d’activité dépend. Cela peut être la chambre du commerce et de l’industrie pour une activité commerciale, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) pour activité artisanale ou l’URSSAF pour une activité libérale.

De plus, au moment de ton inscription, tu vas devoir choisir la méthode d’imposition sur le revenu que tu souhaites mettre en place quand tu seras entrepreneur. Tu peux opter pour l’imposition classique, ou pour le versement fiscal libératoire 🙂 . À toi de choisir ce qui sera le plus avantageux pour toi et ton activité 😉 .

Une fois ton inscription faite, tu reçois par courrier ton certificat d’inscription au répertoire des entreprises et des établissements de la part de l’INSEE. Tu as entre une à quatre semaines de (loooongue et interminable) attente avant de recevoir ce graal 😀 !

Entrepreneur éligible à l’ACRE ?

L’ACRE, c’est une aide pour les entrepreneurs. Elle te permet de réduire sur ta première année d’activité ton taux d’exonération du chiffre d’affaire de 50%. Une fois que tu as reçu ton certificat d’immatriculation, tu peux remplir le formulaire de demande d’ACRE si tu es éligible. Ne perd pas de temps, tu as moins d’un mois pour le faire 🙂 ! Et c’est toujours intéressant pour un lancement.

Voici les conditions valables pour en bénéficier (pas de nécessité de les cumuler) :

  • être indemnisé par Pôle Emploi
  • être demandeur d’emploi non indemnisé inscrit sur la liste des demandeurs d’emploi depuis plus de 6 mois ces 18 derniers mois
  • percevoir l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) ou l’allocation de sécurisation professionnelle (ASP)
  • percevoir l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou le RSA
  • avoir entre 18 et 25 ans révolus
  • avoir moins de 30 ans non indemnisé(e) ou être reconnu(e) handicapé(e)
  • créer une entreprise implantée au sein d’une zone urbaine sensible (ZUS)

(source : Portail-autoentrepreneur)

Un petit tour auprès de ta banque

Tu as une obligation quand tu es auto-entrepreneur : avoir un compte bancaire dédié pour ton entreprise. Cela peut être un compte personnel, tu n’as d’obligation de prendre un compte bancaire professionnel pour ça. Il faut simplement que le chiffre d’affaire de ton entreprise soit positionné dans un compte dédié, et non pas mélangé à ton compte courant et tes potentiels autres revenus (Pôle Emploi, activité secondaire salariée etc).

Pense à ton assurance

Sache qu’en tant qu’ entrepreneur, ta responsabilité est illimitée. C’est donc dans ton avantage de te couvrir contre les risques liés à ton activité, en souscrivant une assurance de responsabilité civile professionnelle (RC Pro). Parfois, pour certaines activité, cette souscription est même une obligation légale. Notamment si tu es entrepreneur dans la santé et le bien-être, la construction, le BTP, l’habitat, les automobiles, les transports, le sport, les loisirs et la culture, ou si tu es intermédiaire en assurance ou conseiller financier.

Tu peux te renseigner sur l’obligation d’avoir une assurance en contactant un assureur ou le CFE dont tu dépends.

Ce que tu dois savoir sur ton nouveau statut d’ entrepreneur

Un fois devenu entrepreneur tu as certaines obligations ! Par exemple, tu devras déclarer ton chiffre d’affaire tous les mois ou tous les 3 mois (en fonction du système que tu auras choisi). Sans déduire tes frais fixes d’ailleurs, on parle bien de chiffres d’affaire !

De plus, être en micro-entreprise indique un plafond de chiffre d’affaire annuel à ne pas dépasser. À savoir 176 200 € HT pour les activités d’achat/revente de marchandises, vente de denrées à consommer sur place et prestations d’hébergement (BIC), 72 500 € HT pour les activités de prestation de service commerciale ou artisanale et les professions libérales. Ton entreprise évoluera vers un autre statut d’entrepreneur.

Ensuite, en tant que micro-entrepreneur tu es exonéré de TVA, jusqu’à un certain seuil de chiffre d’affaire. Il s’agit de 94 300 € HT pour les activités d’achat/revente de marchandises, vente de denrées à consommer sur place et prestations d’hébergement (BIC) et 36 500 € HT pour les activités de prestation de service commerciale ou artisanale ainsi que pour les activités libérales.

À propos

à propos marthe toutain com'quat toulouse brand designer végétal

Je suis Marthe, Brand Designer pour les plant addicts et les entrepreneurs philanthropes.
Je suis spécialisée en identité de marque, mêlant stratégie, web et graphisme.

Le partage et l’accompagnement sont primordiaux dans mon processus de réalisation : nous travaillons ensemble et conjointement sur ton projet 🙂 .

Newsletter

Blog

Donec suscipit felis non adipiscing ante.